Malades, Les

De Nordwaves
Aller à : navigation, rechercher
Groupes lesmalades logo.jpg

Ville d'origine Lille
Genre musical New Wave, Punk Rock
Années d'activité 1981 - 1986 / 2017-
Labels Label X, Les éditions de la péniche

Membres Bruno Cheynier, Thierry Cailliez, Jean-françois Declercq, Abel Chakleb, Thierry Barrois, Armando

Historique[1]

En 1981, Les Malades, drôle de pseudo allez vous me dire, ici surtout une référence aux anglais de Madness, émergent de l'après punk dont ils reçurent une sacrée gifle.

Dès l'hiver 1981, nos Malades (de musique of course) répètent dans l'une des deux rues squattées de ce que l'on aurait pu appeler le "Bronx" lillois, composé de superbes maisons de maîtres délaissées par les " Domaines " de la ville. Nombre de musiciens et artistes en firent leur fief. On y retrouve Gaby Byzien, batteur free contemporain et progressif, qui aura fait la joie de ces musiques dans les années 70, avec son groupe " Catalogue " et le trompettiste déjanté Jack Berrocal. On retrouvera quelques trente années plus tard un album réédité chez " Potemkine ", label de Gérard Nguyen, qui n'en était pas à son premier essai, ayant auparavant fait découvrir les musiques alternatives de cette époque avec son fanzine " Atem" qui éditera un songbook de Tim Buckley, nous parlera de Nick Drake ou du rock émergeant de Canterbury ".

Voisin des " Malades " le très jeune et très talentueux Vincent Hermant, ayant fui l'école pour rejoindre l'un des premiers journaux de contre information de l'hexagone : "Le Clampin Libéré" dont on retrouvera certaines plumes chez " Actuel ", ainsi que Phil Casoar, créateur du personnage de B.D anarcho syndicaliste " Benoit Broutchoux " Vincent Hermant se sera donné la mort il y a quelques années. Autre groupes du quartier, " Surprise ", entrainé par une chanteuse et un trompettiste de formation classique papillonnant par la suite chez nombre de groupes lillois, des " Ten Dubians " créateurs du label "Waz Records", du nom du quartier "Wazemmes" aux "Malades", en passant par Radio Romance, dont l'unique gloire fut d'être signés pour un maxi 45 t sur le label d'Alexis, manager de Taxi girl. On y retrouve une certaine " Laurence Romance " (je me rappelle encore de mon passage chez le quotidien national " Libération " où je croise le brillantissime " Bayon ", rédacteur en chef des " Musiques " du canard qui me demande si je connais la dame, pour ensuite l'embaucher)

Avec eux Electronaze (peut être les véritables punks lillois, d'où ce blase. On n'oubliera pas non plus les "Ephémètres " et les "Bâtards" de J. Marie Duchemin) On y retrouvera Nicolas Caillez leur chanteur (mort d'overdose il y a peu). Ils fonderont le fanzine " Tuez les tous " avec également l’intransigeant, brillant et intraitable Gérard Colombani, fondateur d' "Expédition punitive " puis des " Hitchers ", et actuellement chanteur des terribles "Ashtones", peut être l'un des rares groupes lillois à s’exporter (Allemagne, Italie, Espagne) et à recevoir les honneur du réseau alternatif et qui, malgré les douloureux décès de leurs deux guitaristes successifs, continuent à mordre l'asphalte, sans doute grâce à la ténacité de " Gégé la colombe ", pseudo donné en l’occurrence par le batteur des " Windcatchers " où il officia un court moment en tant que bassiste à côté de votre serviteur et d'un certain Jef Aérosol. Quant à nos " Malades ", on les verra côtoyer Killer Ethyl, détonnant combo chantant en " Chti " qui auraient aisément pu décrocher la timbale, dans nos squats du quartier de " Fives" en cours de destruction pour laisser place à la voie rapide menant à Roubaix et Tourcoing, les reggaemen d'Ozilla, et un certain " Crise de Nerfs " (qui sévit toujours une à deux fois par an), trio relativement inclassable composé de deux guitares et d'une boite à rythmes, ainsi que d'un chanteur à la croisée de Léon Zitrone et de Coluche, ne s'interdisant pas d’intéressantes chansons sur des textes de Bukowski. Nous n'oublierons pas non plus " Benne Jaune " (Ben John) du nom des camions taxis des DOM TOM, et pratiquant ainsi une musique à faire mouiller les aisselles !!! Moiteur et nonchalance de la belle voix de leur chanteur compositeur Rodolphe , entraîné par une flopée de zicos émanant de différents combos de la capitale des Flandres, (choristes , percus itou itou ...) qui fondra ensuite " St Peterblues, trio en hommage à l'immense " Leadbelly " dont ils n’interpréteront que des reprises du bonhomme .

Mais revenons donc à nos Malades, ayant un moment hésité à s’appeler " Nuits Blanches ", because leur zique teintée de soul (leur chanteur n'ayant jamais réchappé de l'Afrique noire où il naquit et revit de nouveau à l'heure actuelle) et leur batteur métis de marocain et guadeloupéen, d'où ce drive incomparable. Ils ont la particularité également d'accrocher à l'ancêtre du reggae jamaïcain, le ska, revu et corrigé par pas mal de groupes de l'époque (Specials , Madness, et de nombreux combos de l'écurie " 2 Tone ") sévissant de l'autre côté du channel tout proche. Ils héritent aussi de la vague " New Wave" de " Cure ", et des influences punk et post punk des "Stranglers", définissant ainsi ce son qui était bien la signature de leurs furieux concerts.

Difficile à l'époque de trouver un ingénieur du son réussissant à faire sonner les guitares. Leur chanteur, véritable boule de nerfs dont on a l'impression qu'il fornique pour la première fois à chacun de leurs sets, est entraîné par la Gibson " Les Paul " de leur guitariste, arrivé tout droit de Dunkerque, où il aura sévit chez " Graveyard ", et d'un bassiste tout droit débarqué de Calais où il a pu s’initier à la basse avec quelques groupes locaux (SMACK, Vox Populi, entre autres). Le voilà qui troque son tout nouveau job de kiné contre une "Fender Telecaster Basse" d'occasion. Arrive par la suite, un très jeune et très talentueux saxophoniste ténor autodidacte, féru de jazz, auquel il retournera par la suite. Ils développerons ainsi une musique indéfinissable, sur laquelle les critiques auront du mal à apposer une étiquette, mais qui, après avoir écumé pendant plusieurs années les scènes de la région et de la Belgique toute proche, leur vaudra tout de même à l'époque l'honneur d'être invités au " Printemps de Bourges ", aux "Trans musicales de Rennes " et à la " Fête de l'Humanité ", dernier concert qu'ils ne pourront assumer avec la formation initiale, leur batteur décidant alors de jeter pour un temps l'éponge.

Détail surprenant dans le groupe, leur guitariste troque ses six cordes contre une basse, le trio se jette alors pour quelques morceaux dans une furieuse frénésie évoquant un certain " Basement 5 " Nos cinq acolytes des Malades auront eu le temps tout de même d'enregistrer un premier 45 tours (chroniqué à l'époque par Jean Eric Perrin de " Best "), orné de la superbe pochette du brillant J. Jacques Tachdjjan (alias " Johnny Rotring " et de " Sortez la chienne ") sur le label " X" régional qui produira ensuite une compile de groupes locaux (Agence Tass, Les Diplomates, Ivanhoé, Killer Ethyl, Surprise, Les Malades, Expédition Punitive). Le tout enregistré sur un studio basé sur une péniche. Puis verra le jour d'un second 45 tours ainsi qu'un album 33T. On verra leur chanteur invité par FR3 Lille, aux côtés de Philippe Manoeuvre, venu présenter son bouquin " L'enfant du rock " qui sera pour le groupe l'occasion d'enregistrer sur FR3 un clip de leur titre "Blériot" issu de leur dernier album "Chaud Devant".

Ils arriveront second lors d'un concours organisé à Tournai en Belgique avec "Killing Joke" et "Joe Lemaire", feront la première partie des talentueux "Marc Seberg" de Rennes. Sans compter les nombreux concerts à Lille et ses environs avec un bon following et plusieurs gigs à guichets fermés. Leur Q.G. étant " La Boite à Musiques " où défileront entre autres les groupes de l'écurie d'un certain "Rascal Daltons" et "Wampas".

Ils auront inauguré en grandes pompes le métro lillois, se seront produits plusieurs fois sur les podiums à la grande braderie de Lille invités par " Radio France Fréquence Nord " et auront enregistré plusieurs clips avec FR3 et Pierre Milli notamment les titres "Mercenaires et Pirates", "La Dernière Starr" sans oublier "Ecrivez moi des Lettres" (visible sur Youtube) et "Le Pacha" ainsi que de nombreuse émissions télévisées.

Bruno, leur chanteur, sévira ensuite dans "Braise Cendars" qui récoltera un franc succès, dans " Windcatchers" et d'autres formations de la région. Le Batteur se tournera vers le funk, le bassiste vers le blues avec " The Mystic River", le saxophoniste (malheureusement décédé) vers le jazz et leur guitariste ayant préféré se mettre au vert dans la campagne ardéchoise. Il y a quelque temps, via le net, une chanteuse de L.A. les ayant repérés leur demande d'assurer sa première partie.

Il faudra attendre le début de l'année 2016 pour voir renaître la formation. Une formation légère et électrique : plus de cuivre, rien qu'une guitare, une basse et une batterie. On retrouve trois des membres de la formation d’origine : Bruno Cheynier au chant, Abel Chakleb à la batterie et Jean-François Declercq à la basse. Un « jeune » guitariste, Armando (the_ Sampl) vient remplacer Thierry Cailliez. Quelques concerts avec reprises et arrangements de leurs titres des années 80 (Les Malades en concert à La Réserve - YouTube) et quelques concerts privés et de nouvelles vidéos grâce à la caméra de Guy Ferdinande et Jérémie Lenoir.

Session d’enregistrement en 2017 et concerts dans la région (Côte d’Opale, Lille, etc). Une nouvelle vidéo sur Youtube d’un concert à La Réserve grâce à Guy Ferdinande en novembre 2017). L’année 2018 commence par la création de nouveaux titres au Faubourg des Musiques et quelques concerts privés sur Lille.

(À suivre)

B.Cheynier et J.F Declercq

En 2019 Les Malades continuent sous le nom MLD

Line Up

Reformation

2019 -

les malades deviennent MLD :

  • Abel Chakleb : batterie, chant
  • Jean-françois Declercq : basse
  • L.A. Armando : guitare

Groupes lesmalades02.jpg

2017 - 2019

  • Abel Chakleb : batterie, chant
  • Jean-françois Declercq : basse
  • Bruno Cheynier : chant
  • L.A. Armando : guitare

Première époque

1981 - 1986

  • Bruno Cheynier : trombone, chant
  • Thierry Cailliez : guitare
  • Jean-françois Declercq : basse
  • Abel Chakleb : batterie
  • Thierry Barrois : saxoxphone

Groupes lesmalades01.jpg
Photo Facebook officiel

Discographie

Productions

Pochette Année Format Type Nom Label Référence
Malades lepacha 01.jpg 1983 7" single Le pacha Label X 833
Malades ecrivezmoideslettres 01.jpg 1985 7" single Écrivez-moi des lettres Les éditions de la péniche EDP854
Malades chauddevant 01.jpg 1986 LP album Chaud devant Les éditions de la péniche EDP/8601

Compilations

(Participations)

Année Format Nom Label Titre
1984 LP Repérages 84 Label X / Les éditions de la péniche La dernière star / La bagnole ovale
1984 K7 Extraits Vitaminés Label X / Les éditions de la péniche La Bagnole ovale

Voir aussi

Liens externes

Notes

  1. Tiré du facebook officiel du groupe