L'Echo Des Lumières (EN)

De Nordwaves
Aller à : navigation, rechercher
L'Écho Des Lumières
Chanson par Excès Nocturne
extrait de l’album L'Echo Des lumières
Sortie 1989
Compositeur Excès Nocturne
Il Disait
L'Or A...


Texte

Ses nuits sont tissées de sons et de brumes
Qui s'allument et rougissent la lune
Sa vie est noyée de larmes d'écume
Qui le brûlent sans scrupules

Sentir la chaleur des rêves
Ecouter la chaleur du noir
Goûter l'écho des lumières
Toucher l'épaisseur des nuits

La nature est un temple où de vivant piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers

Ses jours sont griffés de rêves et de peines
Qui, pèle – mêle, se taisent et s'entremêles
Ses nuits sont glauques comme un sang d'encre
Qui perle le long des pages blêmes

(Refrain)

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité
Vaste comme la nuit et comme la clarté
Les parfums les couleurs et les sons se répandent

Il s'enlisait dans le froid, redoutait les hivers
Il s'enfermait dans les sons, dévorait les couleurs
Il attendait chaque nuit comme une autre douleur
Il se noyait dans les sons, la passion et les vers

Ses nuits sont tissées de sons et de brumes
Qui s'allument et rougissent la lune
Sa vie est noyée de larmes d'écume
Qui le brûlent sans scrupules

(Refrain)

La nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers


(Refrain)

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Comme une ténébreuse et profonde unité
Vaste comme la nuit et comme la clarté
Les parfums les couleurs et les sons se répondent

Sentir la chaleur des rêves
Ecouter la chaleur du noir

La nature est un temple où de vivants piliers..

Autour de la chanson

Notes et références